Calepin:

Pas de grands principes, pas d'orientation générale pour cette rentrée. En guise d'éditorial, quelques notes qui en diront peut-être autant.

u La traduction de « Pêche d'automne » que nous proposons page 40 est belle et savante. Est-elle pour autant absolue et définitive ? Efface-t-elle les versions antérieures ? Périmée la traduction de DÙng &emdash;ình Khuê dans Les Chefs d'uvre de la littérature vietnamienne (Saigon, Kim Lai A·n Quán, 1966, p. 362) ? Dépassée la traduction que Lê Thành Khôi propose dans Aigrettes sur la rizière (Gallimard/Connaissance de l'Orient, 1995, p. 191) ? Vieillie la version de l'Anthologie de la littérature vietnamienne (Hanoi, Éditions en langues étrangères, tome III, 1975, p. 161) ?

Cette dernière est encore reproduite par Hu NgoÔc (À la découverte de la culture vietnamienne, Hanoi, Éditions Thé GiÙi, 2006, p. 975) qui nous rappelle que ce poème de Nguyen Khuyen tous les enfants vietnamiens l'apprennent par cur sur les bancs de l'école. Hu NgoÔc nous apprend encore que l'étang du poème &endash; lui dit « la mare » &endash; avait finalement été comblé et transformé en rizière. Le site a cependant été réhabilité en 1998. Une stèle de granit bleu porte gravés une notice biographique du poète et le poème en nôm. Ce qui m'agace est de ne pas savoir où c'est. À Yên &emdash;o ?

u Au mois de juillet, je lisais ceci sous la plume de François Tourane dans Vietnam, Mémoires vives (Lonely Planet, « Écrivains voyageurs », 2007, p. 50) :

« C'est en feuilletant [] Les Carnets du Viêt Nam, où il avait lui-même publié une critique d'art, que Duong Tuong a retrouvé la trace de son vieil ami. »

Le mois suivant, je m'entretenais moi-même de choses et d'autres avec DÙng TÙng. Tandis qu'il me présentait ses créations poétiques et m'exposait ses projets de traduction (Mort à crédit de Céline), je me disais que tout se croise et s'entremêle. Et il me plaisait que nos Carnets participent à de tels rapprochements.

u Pourquoi ai-je accepté les trois bâtonnets d'encens que cette femme me tendait ? Je les ai plantés gauchement sur l'autel de Nguyen Du non sans douter du sens de mon geste. Oh ! je ne crus pas ! je ne fus pas Claudel près du second pilier de Notre-Dame !... Mais quelque chose de pascalien me soufflait que certainement je n'avais rien à perdre. Pour autant, devais-je croire que nos Carnets eussent à gagner de cette révérence au temple du grand lettré (village de Tie·n &emdash;ieýn, district de Nghi Xuân, province de Hà Tinh) ?

La vérité est que le poète du Kim Vân Kieýu est aujourd'hui tarifé à 5.000 dôngs l'entrée et fonctionnarisé : Nguyen Du ferme à onze heures et demie.

u Ces phrases (d'Émile Jouvenel, Sur Alice, Paris, Figuière éditeur, 1928, p. 76 et de Charles-Henri Favrod, Le Temps des colonies, Lausanne, Éditions Favre, 2005, p. 122) n'ont rien à voir l'une avec l'autre, sinon que la même fascination perdure :

« C'est l'heure où les serpents dorment dans les frangipaniers et les bananiers verts »...

« C'est la formidable embuscade végétale : les feuilles sont flasques, les troncs poreux, la brousse mollusque, l'air visqueux et sucré. »

Le rapprochement montre qu'un imaginaire poétique (fût-il médiocrement exprimé) nous incite toujours à rêver le Viêt Nam. C'est un danger dont nous pouvons jouir mais dont nous devons nous garder.

Philippe Dumont

 

Carnets du Viêt nam n°16

Sommaire

p : 3 Editorial

 

p 4 : Infos Actualités
par Dominique Foulon

Erratum
Bui Thi Kim libérée,
Pas de Vietnamiens cannibales au Qatar, mais
La traite continue.
Scandale à Dien Bien Phu
Nguyen Huy Thiep décoré
Catastrophe
Visite

p 6 : Le DOI MOI vu de New-York
par Vu Hông Nam

2007 - Le Viet Nam est admis comme membre de l'OMC-WTO (Organisation Mondiale du Commerce) après de longues années de discussion interne au sein des dirigeants vietnamiens et de négociations avec les pays industrialisés. Une ère nouvelle s'ouvre avec ses espoirs mais aussi ses défis pour le pays et sa population de 84 millions d'habitants, dont plus de la moitié a moins de 20 ans, et une grande majorité (+ 70 %) vit encore de l'agriculture. Malgré un taux de croissance très prometteur (+ 8 %), le Viêt Nam reste un pays encore pauvre avec un revenu annuel moyen de 750 USD/an/habitant.

p 8 : Thu Trang, Une étoile filante dans un ciel chargé
par Trân Thi Chanh Mouniama
et Ph. Dumont

Nous sommes au sud de Paris, comme Saigon est au sud du Viêt Nam. Thu Trang évoque pour nous sa fulgurante carrière d'actrice de cinéma dans les années cinquante. Avec distance, humour et émotion &endash; car en ces années-là, l'histoire coupe le pays en deux &endash; elle se souvient.

p10 : Lê Si Hoÿang et le Ao Daï
par Michel Blanchard

Le couturier saïgonnais Lê Si Hoàng veut faire de ses robes « des objets d'art en mouvement ». Installé au cur d'Hô Chi Minh-Ville, ce créateur de mode de 44 ans est l'une des stars de la haute couture du pays, et ses áo dài, la robe tunique vietnamienne, font rêver les élégantes du Viêt Nam et de toute l'Asie. Il a organisé des défilés à Paris, Bruxelles, San Francisco, Osaka, Guangzhou (Canton). Mais il se considère d'abord comme un peintre.

 

p 12 : Quand l'histoire tient à un cheveu
par DaÎng Phong

Les cheveux sont étroitement liés à l'histoire vietnamienne. Pendant des siècles, ils ont été achetés et vendus sur les marchés du Viêt Nam parce qu'ils constituent une fibre naturelle aux usages multiples.

p 15 : Les transformations de l'habitat rural
au Sud du Viêt Nam dans les années 1930
par Caroline Herbelin

Entre urbanisation et occidentalisation
Peu d'études existent sur l'habitat rural du Sud du Viêt Nam pendant la colonisation. On connaît les travaux incontournables de Pierre Gourou sur l'habitat rural Tonkinois et sur l'habitat d'Annam (1), mais le géographe s'arrête au Binh Dinh, considérant que l'habitat rural en Cochinchine, ouvert aux influences occidentales, s'est « abâtardi ». Les habitations méridionales ne retiennent pas son intérêt car il les considère « sans style et sans originalité ».

p20 : Portfolio
de François May

p 24 : Le coin du Fantôme Retour à Hanoï
par Gérald Gorridge

30 Perles de Culture
par Janine Gillon

Le livre est gros, lourd, sévère (1). Un pavé impressionnant : 1214 pages ! Mais à l'intérieur, il ne renferme que finesse, légèreté et grâce, et surtout, une tel amour pour un pays et pour un peuple, que les connaissances sérieuses dues à une authentique érudition de l'auteur, doublées de connaissances affectives et filiales, deviennent propos souriants, confiés avec tendresse comme par un vieil ami. Et le lecteur curieux du Viêt Nam, peut , enchanté et serein, cheminer dans ce livre .

p 31 : Voie royale, Dieux rouges, Beautés aux dents limées.
Trois regards littéraires sur ceux que l'on appelait les Moïs
par Henri Copin

Les premiers Indochinois sont aujourd'hui menacés de disparition. Les invasions, les guerres successives, les centralismes politiques, l'uniformisation culturelle, les contraintes de l'économie mondialisée auront eu raison de ces très anciennes populations qui vivaient leur liberté dans les montagnes, au sein d'une nature grandiose.

p 36 : L'étape
nouvelle
par André Arnaud

Au cours de la nuit, la pluie était tombée en abondance. La grosse jarre qui recueillait l'eau sous la gouttière avait, en débordant, formé sur le côté de la maison une mare boueuse où le petit cochon noir se vautrait avec délices.

p 38 : Hanoi au cur
par Nguyên Giang Huong

Après une journée d'errance dans tous les coins de la ville, nous étions écrasés comme des tranches de pain grillées dans un toasteur dont une paroi serait le ciel avec sa boule flambante et l'autre la chaussée brûlante. Il me proposait d'obliquer vers le glacier de la rue Tràng Tieýn. Comme d'habitude, il fallait, malgré le monde et la chaleur d'été étouffante, se bousculer pour accéder au guichet et pour revenir avec des glaces encore fraîches.

p 40 : Pêche d'automne
poème de Nguyên Khuyen
Traduction : Alexandre Lê,
Ngô Tu Lâp et Alain Guillemin

 

 

p 41 : Livres
par Philippe Dumont

Le Dê Thám (1858-1913)
Un résistant vietnamien à la colonisation française
étude de Claude Gendre
préfacée par Charles Fourniau
L'Harmattan, 2007 19,50 ¤,

La jeune fille et la guerre
roman de Tran Thi Hao
L'Harmattan, « Lettres asiatiques », 2007 16,50 ¤

Vietnam, Mémoires vives
récits de voyages de François Tourane
préface de Jean Lacouture
Lonely planet, «Convergences », 2007

Le Mendiant du passé
roman de Chu Lai
traduit par Alain Clanet, Cao Thi Lan Huong
et Jacqueline Pouchou
L'Aube, 2007 23 ¤

Itinéraire d'enfance
roman de Duong Thu Huong,
traduit par Phuong Dang Tran
Sabine Wespieser, 2007 24 ¤

Les Enfants et le buffle
raconté par Zineb Labidi
illustré par Simone Bernier
calligraphie Pascale Elbaz
Comité Français pour le Village de l'Amitié à Van Canh,
2 place du Méridien, 94807 Villejuif Cedex, sd.

J'ai rêvé d'une montagne
recueil de nouvelles de Ly Lan,
traduites par Marina Prévot
NXB Giáo DuÔc, 2006.

Dông Tu (Prunelle)
recueil poétique de Vi Thuyÿ Linh
Hô Chi Minh-Ville, NXB Van nghê 2006

L'Appel du sáo recueil de dix nouvelles
(édition bilingue)
traduites par Danh Thành Do-Hurinville
Éditions de l'Association des écrivains, Hanoi, 2006

La princesse et le pêcheur
roman de Minh Tran Huy
Actes Sud, 2007 18 ¤

Vietnam
album mêlé de souvenirs
du photographe Nicolas Cornet
Le Chêne, 2007 35 ¤

Dien Biên Phu
manga de Daisuke Nishijima
adapté par Pascale Simon et Éric Montésinos
Kana (Dargaud-Lombard), Bruxelles, 2007

 
I page précedente I