A l'heure où la plupart des pays rejettent les cultures OGM le ministère de l'agriculture vietnamienne autorise l'importation de plusieurs varités de maïs transgéniques.
Parmi les heureux bénéficiares de cette décision la société Monsanto bien connue pour avoir été le principal fabriquant de l'agent orange dont les effets se font toujours sentir au Viêt Nam.
Ci-dessous la traduction d'un article du journal Thah Nien news

 

 

 

Illustration traduite du site américain Southbay Californie :
https://www.indybay.org/newsitems/2012/09/20/18722106.php

 

C'est officiel : le Viêt Nam autorise les OGM

Le Viêt Nam a autorisé l'importation de plusieurs variétiés de maïs génétiquement modifiés et laisse le Ministre de l'Environnement decider de l'implantation ou non de ces cultures contreversées à grande échelle.

Le ministère de L'Agriculture et du Développement a autorisé le 11 Août l'importation de quatre varietés de maïs pour l'alimentation humaine et animale : Mon 89034 et NK 603 produits par Dekalb Vietnam (filiale vietnamienne de Monsanto) , BT 11 et MIR 162 produits par la société suisse Syngenta. Le Ministère des Ressources Naturelles et de l'Environnement doit fournir des certificats de bio-sécurité avant que les agriculteurs ne puissent cultiver puis commercialiser ces cultures interdites en Europe et en Chine. On ne sait pas quand cette publication aura lieu. Mais étant donné le contexte politique actuel, il semble probable que le ministère fera tout pour le faire dans les plus brefs délais.

La montée en puissance des OGM
En 2006, le gouvernement a élaboré un plan ambitieux de développement de cultures génétiquement modifiées dans le cadre d'un "vaste programme pour le développement et l'application de la biotechnologie dans l'agriculture et le développement rural." Le plan vise à obtenir les premières récoltes de cultures génétiquement modifiées du Vietnam en 2015 et avoir 30-à 50% des terres agricoles du pays couvertes par des organismes génétiquement modifiés (OGM) en 2020. Un nombre croissant de responsables vietnamiens et de scientifiques ont vanté la nécessité de cultiver du maïs OGM afin de réduire la dépendance du Vietnam au niveau des importations. Le pays importe actuellement 1,5 millions de tonnes de maïs pour l'alimentation animale chaque année du Brésil, d'Argentine et des États-Unis, y compris des variétés génétiquement modifiées, selon le ministère de l'agriculture. Le Huy Ham, directeur de l'Institut de génétique agricole, a été cité par le journal Nong Nghiep Vietnam (Vietnam Agriculture) déclarant que la licence d'utilisation des quatre variétés précitées de maïs GM ouvrirait la voie à la culture de masse de cultures génétiquement modifiées au Vietnam. "Le ministère de l'agriculture est de plus en plus déterminé à réaliser son plan de développement des cultures OGM", déclare Ham

Promesses bafouées, boycotts de consommateurs
Les membres de l'industrie de la biotechnologie ne peuvent pas être plus heureux au sujet du plan. « Syngenta croit que tous les agriculteurs devraient être en mesure de choisir les meilleures technologies et les produits disponibles, y compris les cultures biotechnologiques, pour répondre à leurs besoins de production agricole de manière durable. » a déclaré à Thanh Nien News, Cindy Ruan, porte-parole de Syngenta. "La biotechnologie agricole est l'un des instruments d'une boîte à outils de technologies qui peuvent aider les agriculteurs à améliorer la productivité, la sécurité et améliorer les rendements et produire des récoltes de qualité [...] Elle est essentielle à la durabilité de l'agriculture au Vietnam et dans la région." Syngenta et cinq autres multinationales - Monsanto, Du Pont, Bayer, Dow et BASF - contrôlent désormais près des deux tiers du marché mondial des semences, les trois quarts des ventes agro-chimiques, et l'ensemble du marché des semences OGM, selon un rapport par les Amis de la Terre International, un réseau international d'organisations environnementales dans 74 pays.
Ces derniers mois, ces sociétés et leurs alliés politiques et scientifiques se sont engagés dans une campagne mondiale pour commercialiser des plantes génétiquement modifiées. "Ceci est une réponse à une tendance que nous voyons dans le monde : la technologie GM a massivement sous-livré et non produit ce que les industries et les milieux scientifiques avaient promis il y a quelques décennies ... et font encore la promesse - et de plus en plus de gens et de pays commencent à s'en rendre compte ." a déclaré à Thanh Nien News, Angelika Hilbeck, chercheur principal à l'Institut de biologie intégrative de l'Institut fédéral suisse de technologie de Zurich . A.Hilbeck a mené des recherches approfondies sur les questions de sécurité biologique liées aux OGM, y compris l'évaluation des risques environnementaux et la surveillance après dissémination d'OGM depuis 1994. Elle pense que l'ouverture qu'un pays comme le Vietnam aux OGM est essentiel pour leur promotion en particulier à un moment où de nombreux pays ferment les portes à ces cultures. Il ya eu une augmentation sans précédent de rejet par les des consommateurs des OGM aux États-Unis. Le New York Times a rapporté l'an dernier que les entreprises alimentaires se bousculaient pour garantir un approvisionnement sans OGM, et que les agriculteurs ont reçu des primes plus élevées pour les cultures non-OGM. Dans toute l'Europe et une grande partie de l'Asie, en Amérique latine et en Afrique, les populations et souvent leurs gouvernements rejettent les semences OGM comme une technologie dépassée qui n'a pas réussi à tenir ses promesses. L'Europe a forcé son industrie alimentaire à abandonner tout OGM. A moment donné, l'Europe a diminué de 99 % ses importations de maïs des États-Unis alors que seulement 25 % du maïs était génétiquement modifié. L'année dernière, la Chine a refusé 887 000 tonnes de maïs américain parce qu'ils contenaient du maïs OGM ( Syngenta MIR 162 - la même variété qui vient d'être homologué au Vietnam…..)

La partie apparente de l'iceberg
"Les variétés de maïs génétiquement modifiées qui ont été récemment approuvés au Vietnam ne sont que la partie apparente de l'iceberg», a déclaré Marcia Ishii-Eiteman, chercheur principal Au Réseau d'Action contre les Pesticides, basé aux U.S.A.. "Comme ces entreprises d'OGM font progresser la réglementation au Vietnam, et établissent des précédents de validation de leurs produits par le gouvernement, ils seront bientôt à même de mettre en avant et de produire des OGM plus dangereux." Des militants dénoncent le peu d'attention accordée par les médias locaux et l'absence de déclarations publiques des autorités sur les aspects controversés des organismes génétiquement modifiés (OGM) alors que les multinationales comme Monsanto les décrivent comme une solution à l'agriculture du Vietnam. Ce n'est que récemment qu'un débat de toutes sortes a émergé au Vietnam, où la question semble avoir divisé la communauté scientifique. Le camp pro-GMP considère l'introduction de cultures génétiquement modifiées comme une conclusion logique aux efforts visant à améliorer les rendements et nourrir une population de plus en plus nombreuse (environ 90 millions de personnes) à un prix raisonnable. Ils préconisent les OGM comme une solution très prometteuse aux préoccupations de sécurité alimentaire du Vietnam. "Du point de vue de la sécurité alimentaire, il n'y a pas de préoccupations au sujet de ces variétés d'OGM. Ils ont des avantages pour l'environnement dans la mesure où ils réduisent l'utilisation de produits chimiques nécessaires à la production alimentaire ", a déclaré Tom Sanders, chef de la division de la recherche en sciences de la nutrition au King's College de Londres. Les scientifiques anti-OGM et les militants écologistes, d'autre part, rejetent entièrement cet argument, disant qu'il y a des preuves en abondance que les cultures OGM ne sont ni bon marché ni sûres. Ils disent que, dans la mesure où les OGM sont classés au Vietnam dans le cadre dune « fantaisie de la biotechnologie », une croyance a émergé : les cultures génétiquement modifiées seraient une excellente innovation agricole.

Le nouvel agent Orange ?
Monsanto, l'une des deux entreprises autorisées à importer du maïs OGM au Vietnam, a été le principal fabricant de l'agent orange pendant la guerre. Le défoliant toxique fait encore aujourd'hui des victimes. Les militants affirment que l'introduction du maïs modifié de Monsanto et du désherbant toxique Roundup pourrait renouveler la tragédie de l'agent orange. Selon le site Web de la société basée à Missouri, le Roundup est absorbé dans le système de la sève d'une plante par ses feuilles. De là, il fait son chemin vers les racines où il tue rapidement la plante. La société affirme que le Roundup ne concerne que les plantes, et devient inactif dès qu'il touche le sol. Mais Monsanto, qui contrôle un quart des semences génétiquement modifiées dans le monde, a également été pris en flagrant délit de falsification des données de ses études. Bien que la société prétende le contraire, des chercheurs indépendants ont noté que des animaux de laboratoire nourris avec du soja ou du maïs traités avec Roundup, ont développé des problèmes de reproduction graves. La composition du Roundup est liée à des changements dans les organes de la reproduction de ces animaux ainsi que des fonctions essentielles de l'ADN de leur progéniture.

Bon marché ?
Les experts ont longtemps grincé des dents aux déclarations répétées de Monsanto affirmant que leur entreprise soutient l'agriculture durable dans les pays comme le Viêt Nam, que les semences génétiquement modifiées à prix élevé et les herbicides associés sont mal adaptés aux agriculteurs dans le développement du monde. Le rapport de l'Évaluation Internationale des Connaissances Agricoles, de la Science et de la Technologie pour le Développement est considéré comme l'analyse la plus complète de l'agriculture et de la durabilité dans l'histoire. Il conclut que le coût élevé des semences et des produits chimiques, les rendements incertains et le risque d'atteinte à la sécurité alimentaire locale font de cette biotechnologie un mauvais choix pour le monde en développement. Le rapport affirme qu'en l'état actuel, les OGM n'ont rien de positif à apporter à la malnutrition, la lutte contre la pauvreté et la création d'une agriculture durable. Mais les oppositions et le dédain général n'ont apparemment pas réussi à contrecarrer les progrès de Monsanto au Vietnam. En Janvier dernier, le gouvernement vietnamien a élevé Monsanto au rang de «Société d'Agriculture Durable» au niveau national.

Le choix du Vietnam
« Les militants anti-OGM craignent que le Partenariat Trans-Pacifique (TPP), un accord commercial de 12 pays mené par les ambitieux USA, n'ouvre les écluses. En Europe, nous nous sommes engagés sur le chemin industriel et avons pris conscience de ses travers - donc , nous n'allons pas suivre le chemin des cultures génétiquement modifiées et les signes de restriction voire d'abandon de l'agriculture industrielle sont de plus en plus nombreux. Au Vietnam, vous devez décider sur quelle route vous voulez vous engager pour votre système agricole et alimentaire. C'est le choix du Vietnam " a déclaré Angelika Hilbeck, chercheur principal à l'Institut de Biologie Intégrative de l'Institut Fédéral Suisse de Technologie de Zurich "La législation accélérée aux États-Unis, que l'administration espère utiliser pour mettre en oeuvre le TPP, vise spécifiquement le scepticisme sur les biotechnologies comme un obstacle au commerce et a pour but de veiller à ce que les plantes OGM et les graines ne soient concernées en aucune façon" a déclaré Darcey O'Callaghan , directeur de la politique internationale de Food & Water Watch, un groupe environnemental à Washington. « L'accord commercial, dit-elle, serait d'imposer des règles de propriété intellectuelle strictes sur les semences, y compris les brevets et des sanctions à long terme pour l'utilisation de semences non brevetées. Il sera difficile pour les pays comme le Vietnam d'empêcher l'importation d' OGM américains, même s'il s'agit d'une volonté des citoyens. Et une fois que vous importez, vous n'avez plus qu'à cultiver ! "

Semer la discorde
Des militants estiment que le Viêt Nam devrait examiner attentivement les problèmes auxquels sont confrontés les pays s'adonnant à la culture avec OGM . Ces anti OGM disent que la progression des prix de ces semences brevetées de Monsanto, ont ruiné un certain nombre de fermiers américains qui sont dans l'impossibilité de trouver des semences non-OGM en raison du monopole exercé sur le marché américain. Scientifiques reconnus et professionnels de la santé publique mettent également en garde sur les effets néfastes sur la santé et l'impact environnemental de l'augmentation spectaculaire de l'utilisation des herbicides qui a accompagné l'introduction de semences génétiquement modifiées. "Aux États-Unis, nous avons vu une augmentation de l'utilisation des herbicides de plus de 216 millions de litres depuis l'introduction de cultures transgéniques",(1) a déclaré Ishii-Eiteman du Pesticide Action Network North America Comme dans d'autres pays, l'introduction des OGM a non seulement diminué la capacité des agriculteurs à pratiquer leurs propres méthodes de sélection des semences, mais a augmente également le monopole, qui nuit aux agriculteurs et aux consommateurs. En Inde, un certain nombre de cultivateurs de coton qui avaient massivement emprunté pour acheter Bt les semences de coton de Monsanto, se sont suicidés après s'être aperçus que les semences OGM étaient beaucoup moins résistantes à la sécheresse que le coton indigène. Le lien entre les graines et les suicides a été vivement étudié, et les rapports internes de Monsanto en ont reconnu l'existence. (2)

Le maïs un problème encore plus important ?
"Les conséquences économiques et écologiques négatives de l'introduction des OGM au Vietnam sont grandes, en particulier pour le maïs, qui disperse son pollen facilement. Les agriculteurs vietnamiens peuvent s'attendre à des prix de semences plus élevés, à une augmentation de mauvaises herbes et à une résistance des insectes et l'augmentation de l'utilisation de produits agrochimiques, entraînant une plus grande pollution de l'environnement », a déclaré O'Callaghan Les agriculteurs biologiques peuvent s'attendre à des procès en contrefaçon de brevet en raison de la facilité de contamination. Et les consommateurs seront maintenus dans l'ignorance car je soupçonne que les lois spécifiques en matière d'étiquetage des denrées alimentaires ne seront pas mises en place avant l'introduction des OGM. " Hilbeck, l'expert suisse, a souligné que cela se résume à un choix que le Vietnam devrait examiner attentivement. « En Europe, nous nous sommes engagés sur le chemin industriel et avons pris conscience de ses travers - donc , nous n'allons pas suivre le chemin des cultures génétiquement modifiées et les signes de restriction voire d'abandon de l'agriculture industrielle sont de plus en plus nombreux. Au Vietnam, vous devez décider sur quelle route vous voulez vous engager pour votre système agricole et alimentaire. C'est le choix du Vietnam "

An Dien, Thanh Nien News
Traduction Dominique Lê-Foulon pour les Carnets du Viêt Nam

Lien vers l'article en anglais :
http://www.thanhniennews.com/politics/its-official-vietnam-licenses-genetically-modified-organisms-30220.html



Notes de la rédaction :
(1) « 500 millions of pounds » dans le texte : un pound équivaut à 453,6 gr
(2) On peut se reporter au blog de Marie-Monique Robin : Inde : les semences du suicide : http://www.arte.tv/sites/fr/robin/2012/02/27/inde-les-semences-du-suicide/

Les illustrations sont un choix de la rédaction